Isabelle Fournier lira les « Essais sur la peinture » de Diderot (première partie), dimanche 23 avril à 18h00

Diderot-(première-partie)

Cette soirée est généreusement soutenue parlogo-hd

En l’honneur de Julie Boch, qui naquit au printemps et vivifia de son regard ces textes

« Si j’étais initié aux mystères de l’art… » Quelle joie de vous convier à partager au fil de deux dimanches ces Essais sur la peinture de Diderot où ce que récoltent l’oeil exercé et la plume assurée en ce domaine par la rédaction des Salons, se régale d’évoquer le particulier pour se hausser au général, cherchant à dégager des principes et des fondements, « os(ant)(…) parler à (sa) manière et selon la mesure de (ses) connaissances, du dessin, de la couleur, de la manière, de clair-obscur, de l’expression et de la composition ».
Rédigé au cours de l’année 1766, ce « petit traité de peinture » fut adressé à Grimm pour la Correspondance littéraire, et l’alacrité et l’intimité du ton appelées par l’amitié pour ce premier destinataire, portent à plein la joie et l’enjouement des libres méditations esthétiques du philosophe: elles sont conduites par une telle gourmandise du voir et un tel enchantement à dire ce qu’elles explorent et expérimentent que l’on est gagné par cette jubilation. Le premier destinataire appelé, remarqué  par le simple pronom « vous » suscite par la prononciation à voix haute un auditoire encore contenu par l’impératif pluriel qui revient dans une allégresse, une envie de partager le savoir et le plaisir de voir et de comprendre ce qui compose la magnificence de l’oeuvre.

C’est dans une alternance de dire et de lire, dans le dynamisme d’une mise en espace manifestant cette pensée en mouvement, inventant, découvrant en promenade les arcanes et les secrets du Beau, que nous dégusterons « Mes pensées bizarres sur le dessin », « Mes petites idées sur la couleur », « Tout ce que j’ai compris de ma vie sur le clair-obscur »  qui constituent les premiers chapitres de ces « Essais sur la peinture » et offriront la matière de ce rendez-vous d’avril. Je gage qu’ils vous charmeront tant, que vous serez impatients du rendez-vous de mai qui se penchera sur les chapitres suivants!

Isabelle Fournier

Publié dans Beaux-arts, Du pain et du sel, Esthétique, Evénement, Peinture, Philosophie | Laisser un commentaire

“Monsieur Jean ou L’homme poubelle”, le 9 et le 16 avril à 17h00 à l’Odeur du Book

Mr-Jean-FlierCet évènement est généreusement soutenu par logo-hd

Nous avons le plaisir de vous inviter à deux représentations de MONSIEUR JEAN dans « THÉÂTRE DÉCOMPOSÉ OU L’HOMME POUBELLE », textes de Matéi VISNIEC

le 9 et le 16 avril à 17h00 à l’Odeur du Book

Monsieur JEAN
Personnage étriqué, enfermé dans son costume
et dans l’espace de jeu, cherche désespérément une issue.

Texte de Matéi VISNIEC : « Théâtre décomposé ou l’homme poubelle »

Un spectacle qui propose
un univers absurde et grotesque
reflétant l’âme humaine

Presse :
« Un clown pour VISNIEC ? Bien vu, c’est se mettre à la mesure de ses personnages
oppressés par une menace sourde, qui se décline ici en torture psychologique,
mécanisation, aliénation. C’est aussi prendre VISNIEC sous l’angle du rire, faire
caisse de résonance au grotesque et à l’absurde.
Un tableau d’ensemble schizophrénique à souhait. »
Manon ONA – LE CLOU DANS LA PLANCHE

jean_site1Hassan TESS est comédien depuis plus de 30 ans. Issu d’une formation théâtrale classique, il est employé dans diverses compagnies et est amené à travailler sous chapiteau et en théâtre de rue. La proximité avec le spectateur le touche. Il crée son personnage: Monsieur Jean, avec l’envie de revenir à un théâtre simple, brut, sans contrainte technique. Juste l’acteur avec son corps, son imaginaire et une histoire à raconter. En savoir plus
Matéi VISNIEC: Né au nord de la Roumanie, le 29 janvier 1956. Dans la Roumanie communiste de Ceausescu, il découvre très vite dans la littérature un espace de liberté. Il se nourrit de Kafka, Dostoïevski, Camus, Beckett, Ionesco, Lautréamont… Il aime les surréalistes, les dadaïstes, les récits fantastiques, le théâtre de l’absurde et du grotesque, la poésie onirique et même le théâtre réaliste anglo-saxon, bref, tout sauf le réalisme socialiste (…) Lire la suite
Publié dans Evénement, Spectacle, Théâtre | 2 commentaires

Isabelle Fournier lira « Eloge d’Hélène » et « Défense de Palamède » de Gorgias de Léontium le 19 mars à 18h00

Gorgias

Cette soirée est généreusement soutenue parlogo-hd

Éloge d’Hélène et Défense de Palamède de Gorgias de Léontium

GorgiasIl y avait presque évidence à donner maintenant la parole à Gorgias. Après avoir entendu  le mois dernier Phèdre et Socrate échanger à plaisir sur la Beauté dans « Eupalinos« , Socrate dans sa dernière réplique s’exclamant « …tout ce que nous venons de dire est aussi bien un jeu naturel du silence de ces enfers, que la fantaisie de quelque rhéteur de l’autre monde qui nous a pris pour marionnettes! », ce même Socrate mis en scène par la facétie de Valéry dégageant en début de dialogue que « Le réel d’un discours, c’est après tout cette chanson, et cette couleur d’une voix, que nous traitons à tort comme détails et accidents », il y avait pleine logique à inviter sous l’égide de Mars cet adversaire devant qui au début du dialogue de Platon auquel son nom donne titre, la guerre, la bataille se reformule en fête: il s’y recherche définition et objet de l’art que possède le sophiste, la rhétorique, productrice de persuasion par opposition au « désir insatiable de convaincre qui anime l’inventeur de la maïeutique. Lire la suite

Publié dans Evénement, Philosophie, Rencontres, Spectacle, Théâtre | Laisser un commentaire

Isabelle Fournier lira « Eupalinos, ou l’architecte » de Paul Valéry dimanche 26 février à 18h00

eupalinos
Cette soirée est généreusement soutenue parlogo-hd
cvt_paul-valery-eupalinos-ou-larchitecte-precede-de-_7704Viendront se donner à entendre ce dernier Dimanche de Février, ce que nous pourrions appeler, imitant René Char, les Feuillets d’Eupalinos, une lecture de pages choisies d’Eupalinos de Paul Valéry, essai-poème renouvelé des dialogues platoniciens, explorant le bonheur et l’essence de l’architecture comme point de rencontre et de réalisation périlleux et magnifique entre la pensée et le concret.
Ce texte sublime paru pour la première fois en 1921 en préface d’un recueil intitulé « Architectures« , prend le modèle et la forme du dialogue platonicien jusqu’à faire parler Socrate, emprunter sa maïeutique, progresser par accouchement de la pensée. Il trouve situation dans cet imaginaire antique splendide à la sensibilité de chaque siècle depuis la Renaissance au point de leur devenir référence commune, aire de rêverie les ralliant, et s’appréciera comme une traversée du temps, un faisceau de lumière manifestant cette quête intacte du Sens et du Beau de cette Antiquité imaginée à cette fin de journée qui nous réunit en appétit d’apprendre et d’échanger, mais se vivra aussi comme un point d’aplomb et de surplomb au divers qui a été exploré de Dimanche en Dimanche
et qui va être approché au fil des prochains rendez-vous. Eupalinos ou l’Architecte dit dès son titre la jubilation du nouveau, de l’invention, le bonheur de construire, et cet art est approché et révélé dans ses arcanes. Fascinant lieu de passage du possible au réel, tracassant lieu d’exercice de la matière et de l’esprit, cette architecture qui doit conduire non seulement à l’existence mais à la présence, devient le phare depuis lequel se détaillent par rapprochements les conquêtes et les enchantements de l’esprit et des sens, une vaste métaphore qui célèbre l’âme et la main mêlées au monde, en aventure et en étreinte de pensée, de création, de science.
Isabelle Fournier
Publié dans architecture, Beaux-arts, Du pain et du sel, Esthétique, Evénement, Poésie, Rencontres | Laisser un commentaire

Nouveautés du 10 février 2017

Remarquable clientèle, chers amis,

47401Voici quelques-unes de nos acquisitions récentes,  tout particulièrement nos ouvrages de photographie et de beaux-arts. Nous vous signalons également le premier numéro de la revue surréaliste La Brèche; Poèmes, Tome 1 (1918-1929) de Bertolt Brecht; Paris retraversé, de Marc Augé et Jean Mounicq; Histoire des fortifications de Paris et leur extension en Ile-de-France, de Guy Le Halle; Le grand arc: Histoire militaire et sociale des archers, de Robert Hardy; Mystérium magnum, de Jacob Boehme; La Langue Hébraique Restituée, d’Antoine Fabre-d’Olivet; Études et recherches sur la vie intellectuelle juive au Maroc Tome 3 : Littératures dialectales et populaires juives en Occident musulman: l’écrit et l’oral, de Haïm Zafrani.

Pour avoir un aperçu de nos nouveautés, faites défiler le diaporama ci-dessous. Lire la suite

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

« Le loup » de Marcel Ayme, conté et mis en musique, le 12 février à 16h à l’Odeur du Book

loup-recto

A l’Odeur du Book, dimanche 12 février à 16h

Venez nombreux, grands et petits. Un petit goûter suivra

Le loup se donne dans des lieux aussi charmants que petits, mieux vaut réserver avant de venir. Inscription au 01 42 23 30 39

 

Nos évènements sont généreusement soutenus par

logo-hd

Publié dans Contes et légendes, Enfants, Evénement, Musique | Laisser un commentaire

Isabelle Fournier lira « Noces » de Camus, dimanche 15 janvier 18h, à l’Odeur du Book

noces-de-camus

Cette soirée est généreusement soutenue parlogo-hd

« Je comprends ici ce qu’on appelle gloire: le droit d’aimer sans mesure. » Noces à Tipasa

camus-noces« Au printemps, Tipasa est habitées par les dieux et les dieux parlent dans le soleil et l’odeur des absinthes, la mer cuirassée d’argent, le ciel bleu écru, les ruines couvertes e fleurs et la lumière à gros bouillons dans les amas de pierres. A certaines heures, la campagne est noire de soleil. Les yeux tentent vainement d saisir autre chose que des gouttes de lumière, et de couleurs qui tremblent au bord des cils. L’odeur volumineuse des plantes aromatiques racle la gorge et suffoque dans la chaleur énorme. A peine, au fond du paysage, puis-je voir la masse noire du Chenoua qui prend racine dans les collines autour du village, et s’ébranle d’un rythme sûr et pesant pour aller s’accroupir dans la mer.» Lire la suite

Publié dans Du pain et du sel, Evénement, Rencontres | Laisser un commentaire