Isabelle Fournier lira « Eupalinos, ou l’architecte » de Paul Valéry dimanche 26 février à 18h00

eupalinos
Cette soirée est généreusement soutenue parlogo-hd
cvt_paul-valery-eupalinos-ou-larchitecte-precede-de-_7704Viendront se donner à entendre ce dernier Dimanche de Février, ce que nous pourrions appeler, imitant René Char, les Feuillets d’Eupalinos, une lecture de pages choisies d’Eupalinos de Paul Valéry, essai-poème renouvelé des dialogues platoniciens, explorant le bonheur et l’essence de l’architecture comme point de rencontre et de réalisation périlleux et magnifique entre la pensée et le concret.
Ce texte sublime paru pour la première fois en 1921 en préface d’un recueil intitulé « Architectures« , prend le modèle et la forme du dialogue platonicien jusqu’à faire parler Socrate, emprunter sa maïeutique, progresser par accouchement de la pensée. Il trouve situation dans cet imaginaire antique splendide à la sensibilité de chaque siècle depuis la Renaissance au point de leur devenir référence commune, aire de rêverie les ralliant, et s’appréciera comme une traversée du temps, un faisceau de lumière manifestant cette quête intacte du Sens et du Beau de cette Antiquité imaginée à cette fin de journée qui nous réunit en appétit d’apprendre et d’échanger, mais se vivra aussi comme un point d’aplomb et de surplomb au divers qui a été exploré de Dimanche en Dimanche
et qui va être approché au fil des prochains rendez-vous. Eupalinos ou l’Architecte dit dès son titre la jubilation du nouveau, de l’invention, le bonheur de construire, et cet art est approché et révélé dans ses arcanes. Fascinant lieu de passage du possible au réel, tracassant lieu d’exercice de la matière et de l’esprit, cette architecture qui doit conduire non seulement à l’existence mais à la présence, devient le phare depuis lequel se détaillent par rapprochements les conquêtes et les enchantements de l’esprit et des sens, une vaste métaphore qui célèbre l’âme et la main mêlées au monde, en aventure et en étreinte de pensée, de création, de science.
Isabelle Fournier
Cet article a été publié dans architecture, Beaux-arts, Du pain et du sel, Esthétique, Evénement, Poésie, Rencontres. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s